Sign In
Arrêt maladie abusif : comment lutter en tant qu’employeur ?

Arrêt maladie abusif : comment lutter en tant qu’employeur ?

« Se faire porter pâle : un sport national ? » Il semblerait bien que oui, selon une étude d’ADP menée auprès de 2000 salariés européens. Pas moins de 77% d’entre eux jugent acceptable de s’octroyer un arrêt maladie abusif, c’est à dire sans réelle raison médicale, et se livrent à cette pratique au moins deux fois par an. En France, près d’un quart des salariés estime qu’il est tolérable de se déclarer malade sans l’être.

En partant de ce constat, comment lutter contre les arrêts de travail de complaisance en tant qu’employeur ? Et que faire si on a de sérieux doute sur l’un de nos employés ? Dans cet article, nous vous donnerons des pistes concrètes pour agir efficacement. Parce qu’il en va de la survie de votre entreprise.

Qu’est-ce qu’un arrêt de travail abusif ?

Un arrêt de travail abusif se définit par l’utilisation irrégulière ou frauduleuse d’un arrêt de travail délivré par un médecin. L’article R.4127-28 du Code de la santé publique stipule que délivrer un certificat médical de complaisance est strictement interdit. Seules des prescriptions objectives et honnêtes sont autorisées.

L’arrêt abusif se manifeste de différentes manières. Tout d’abord, lorsque le salarié en arrêt maladie mène des activités incompatibles avec son état de santé déclaré. Ensuite, il peut s’agir de tentatives de prolongement injustifié de la durée de l’arrêt, souvent avec la complicité d’un médecin complaisant. Enfin, un autre type d’abus consiste à utiliser un arrêt de travail pour couvrir des jours de congé ou exercer une autre activité rémunérée.

A noter que le salarié n’est pas exempté de son obligation de loyauté envers son employeur durant son arrêt maladie, donc la divulgation d’information ou le fait d’exercer une activité concurrente peut être assimilé à un acte de concurrence déloyale.

Selon Agnès Buzyn, ancienne ministre de la santé, 15% des certificats seraient bidon. A noter que plusieurs sources concordent à dire que ce chiffre serait largement sous-évalué.

A lire aussi  Détournement de clientèle : quels sont les recours ?

Quelles sont les sanctions d’un arrêt de travail abusif ?

Face à un arrêt de complaisance, l’employeur dispose de plusieurs leviers pour sanctionner son salarié. Tout d’abord, il peut infliger des sanctions disciplinaires, allant d’un simple avertissement à un licenciement pour faute grave. En effet, si les absences nuisent au bon fonctionnement de l’entreprise, le licenciement peut être justifié.

En outre, l’employeur a la possibilité de demander un redressement auprès de l’organisme de sécurité sociale. Cela vise à obtenir le remboursement des indemnités journalières indûment perçues par le salarié en raison de l’arrêt abusif.

Par ailleurs, l’employeur peut décider de suspendre le versement des indemnités complémentaires au salarié concerné. Cette mesure intervient lorsque l’arrêt maladie n’est pas justifié.

Enfin, si un médecin complaisant est à l’origine de la prescription abusive, l’employeur peut le signaler à l’Ordre des médecins ou à la CPAM. À noter que 2% des médecins seraient considérés comme « gros prescripteurs » et ne respecteraient pas les règles de la profession, selon Thomas Fatome, le directeur de l’Assurance maladie.

Comment prouver un arrêt de travail abusif ?

Obtention de preuves par l’employeur

Face à un arrêt de travail suspect, l’employeur doit agir avec prudence et méthode. Voici les étapes clés pour recueillir des preuves solides.

  • Analyse des habitudes du salarié : Repérez les récurrences d’arrêts maladie tels que leur fréquence (moments précis de l’année, jours spécifiques), les circonstances (absence de congés acquis, refus de demande de congé), ou encore les coïncidences (retour d’un collègue après un congé). Cette analyse permet d’établir un profil d’absentéisme.
  • Entretien avec le salarié : Engagez une discussion ouverte pour aborder l’historique des arrêts maladie. Posez des questions sur les motifs, les éventuels traitements et n’hésitez pas à partager vos observations.
  • Veille sur les réseaux sociaux : Consultez les comptes publics du salarié et repérez d’éventuelles incohérences entre l’arrêt maladie et les activités publiées. Imprimez les photos pertinentes pour en parler avec le salarié.
  • Respect de la légalité : Agissez toujours dans le cadre légal, c’est essentiel. Les preuves illégales ne seront pas utilisables lors de procédures juridiques.
  • Conservation des preuves : Archivez soigneusement les éléments collectés pour les présenter en cas de litige ou de contestation.
A lire aussi  Concurrence déloyale : quels sont vos droits et recours ?

Contrôle arrêt maladie

Face à un arrêt maladie potentiellement abusif, l’employeur dispose d’un outil efficace : la demande de contrôle médical. Ce mécanisme permet de vérifier la réalité de l’incapacité de travail du salarié.

Tout d’abord, la contre-visite doit être réalisée par un médecin indépendant, spécialiste en la matière. Il peut s’agir d’un médecin libéral ou d’un professionnel affilié à une plateforme de contrôle médical patronal. Attention : ni le médecin de l’entreprise ni celui de la sécurité sociale ne peuvent effectuer ce contrôle. 

Ensuite, cette vérification doit se dérouler au domicile de l’employé ou à l’endroit où il passe sa convalescence. Il est important de respecter ce principe pour garantir la protection de la vie privée du salarié et assurer la validité de la procédure.

L’employeur a la possibilité de demander cette contre-visite sans en informer préalablement le salarié. La Sécurité sociale peut également initier ce type de contrôle à son gré. Ainsi, l’effet de surprise contribue à éviter les abus.

Engager un détective privé

Face à un arrêt de complaisance, la contre visite médicale n’est pas toujours suffisante. Vous pouvez choisir d’aller plus loin dans les recherches en engageant un détective privé. Ce professionnel de l’investigation pourra mener des actions ciblées pour obtenir des preuves irréfutables de l’abus, tout en restant dans le cadre légal et le respect de la vie privée du salarié.

Le détective pourra par exemple :

  • vérifier l’activité du salarié durant son arrêt maladie, tels que le respect des horaires de sorties autorisées ;
  • s’assurer de l’absence de pratique d’une activité non autorisée, telle qu’une activité professionnelle non déclarée et/ou concurrente ;
  • obtenir l’adresse de résidence du salarié etc.

Il est essentiel que les preuves récoltées soient exploitées de manière proportionnée et en conformité avec la réglementation en vigueur. En s’appuyant sur les services d’un agent de recherches privées, vous augmentez vos chances ainsi d’un moyen efficace et légal pour lutter contre les abus d’arrêts maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Étape 1 sur 2
Avez-vous besoin d'un détective privé pour vous ou une entreprise ?